sábado, 9 de julio de 2016

Les créateurs de mode et le voile déchiré de la bonne conscience sociale




Pourquoi les couturiers devraient-ils résister là où nous avons cédé? Car finalement, ce que nous reprochons aux créateurs de mode, c'est de ne pas mener le combat que nous ne menons pas. Nous leur reprochons de ne pas nous laisser fermer les yeux et avoir bonne conscience.

Plusieurs grandes maisons de mode, comme par exemple Marks & Spencer, Uniqlo, Dolce & Gabbana ou Mango, lancent une ligne de vêtements intégrant le voile islamique. Non, pas dans leurs boutiques d'Arabie Saoudite, mais en France. Alors ça passe mal.

Différentes femmes sont montées au créneau pour justement défendre l'image de la femme française, celle qui historiquement et traditionnellement ne porte pas de voile islamique. ElisabethBadinter appelle même au boycott de ces marques, l'argent ne devant pas tout justifier:


""Je pense même que les femmes doivent appeler au boycott de ces enseignes", a ajouté cette figure historique du féminisme hexagonal. Dans un entretien à l'AFP, Elisabeth Badinter persiste et signe, jurant que "pour ce qui regarde (ces) marques vestimentaires qui veulent vendre la tenue islamique, il n'y a qu'une seule réponse: le boycott". Elle considère en outre qu'on ne peut pas se dire féministe et défendre le port du voile. Les "dites 'féministes islamiques', elles oublient qu'en guise d'égalité elles doivent rester à la maison, que l'héritage est divisé par deux dans les pays musulmans et la polygamie admise dans le Coran dont elles se réclament"
Il est vrai que le marché est prometteur. Ce que "pudiquement" l'on appelle "la mode pudique" rapporterait environ 424 milliards d'euros en 2019. Deux remarques.

"Mode pudique". Recourir à cette formulation est, au minimum, un doux euphémisme, au pire l'expression d'une volonté délibérée de tromper. Cette mode n'est pas pudique mais confessionnelle, ce qui n'a rien à voir. La mode occidentale peut aussi être pudique, ou non, simplement elle n'est pas confessionnelle et laisse le choix aux femmes. A elles de savoir être belles et pudiques - ou provocantes, si elles le veulent. C'est leur choix. C'est leur droit.
Si le marché devient aussi lucratif d'ici très peu d'années, c'est que l'islamisation de la population se renforce, ce qui n'est pas un très bon signe pour la culture française et ses principes - un peu vieillots semble-t-il - de liberté et laïcité.Car soyons honnêtes, la mode n'est pas qu'un marché. Elle est aussi le reflet de la culture d'un pays, c'est un instantané de la population. Son histoire s'étudie, elle permet de mieux comprendre l'évolution de notre société. Et normaliser la vente des différents voiles islamiques normalise un comportement social : la revendication confessionnelle agressive et le renoncement à la suprématie des lois de la République.


Un sondage IFOP pour Le Figaro daté d'octobre 2012 indique que 63 % des Français se déclarent opposés au port du foulard dans la rue et 28 % y sont indifférents. Un autre sondage effectué du 19 au 21 mars 2013 par l'IFOP pour Ouest-France indique que plus de huit Français sur dix (84 %) se déclarent opposés au port du voile ou du foulard islamique par des femmes travaillant dans des lieux privés accueillant du public.
Et aujourd'hui l'on veut les vendre. En fait, l'on se révolte lorsque les créateurs de mode nous suivent et poussent notre logique jusqu'au bout, jusqu'à son point de rupture. Car ils nous renvoient à la figure l'état délabré de notre identité culturelle.

Au nom d'un multiculturalisme bobo, nous avons oublié que "multi" implique l'existence de plusieurs cultures et non un phénomène d'uniformisation et de honte de soi. Car la glorification de la femme voilée, c'est aussi la peur de s'affirmer. Alors on monte au créneau contre les créateurs de mode, sans même comprendre qu'il faut faire un choix: soit les critiquer et les rejeter pour atteinte aux valeurs de la république, soit accepter de noyer la culture française dans un étang boueux "multiculturel". Mais on ne peut pas choisir ses combats en tentant de cacher sa bassesse.
Car finalement, nous voyons bien qu'une femme voilée ne peut et ne doit être l'image d'une femme française. Mais comment le dire aujourd'hui en France sans se faire insulter?
http://russiepolitics.blogspot.com.es/2016/04/les-createurs-de-mode-et-le-voile.html?spref=tw&m=1

Datos personales

Escritora ultimahorajihad@gamail.com